GEOLOGIE DU BASSIN VERSANT DE L'EYRIEUX

Nous sommes sur une ancienne chaîne de montagne la chaîne Hercynienne qui culminait il y a environ 250 millions d’années.

Depuis la fin de sa formation elle n’a cessé d’être érodée depuis la surface faisant alors apparaitre en surface avec la remontée isostatique des roches normalement profondes les granites, migmatites et roches métamorphiques que l’on trouve donc aujourd’hui très majoritaires à l’affleurement (c’est-à-dire directement observables en surfaces).

Ces roches granitiques sont dites acides car les ions provenant de leur altération acidifient le pH qui est alors inférieur à 7. Ceci est très important sur la formation et l’évolution des sols et donc pour la flore se développant sur le secteur.

L’actuel massif central avait été complètement aplani et recouvert par une mer peu profonde au secondaire ; nous pouvons en retrouver quelques lambeaux sur Vernoux et entre les Ollières et Privas mais les plus beaux exemples demanderont de sortir du Bassin de l’Eyrieux ; citons le col de l’Arénier pour la phase de l’érosion avec des grès triasiques surmontés par les clacaires et marnes du jurassique bien visibles entre Privas et le col de l’Arénier en allant vers le col de l’Escrinet; le site de la Boissine sur la commune de la Voulte Sur Rhône (mais pas sur la Bassin versant de l’Eyrieux) avec les célèbres fossiles découvert par Bernard RIOU de la mer du Jurassique ainsi que les massifs de Soyons et Crussol et au sud de l’Ardèche les gorges de l’Ardèche.

L’érosion avait formé une sorte de plaine appelée pénéplaine jusqu’à très récemment (à l’échelle des temps géologiques) Le dernier événement majeur à l’échelle régionale et continentale est la collision de l’Europe avec l’Afrique qui entraine la formation des Alpes chaîne de montagne jeune.

Cette onde de choc a des répercussions sur le massif central avec une légère mise en relief par flexure crustale ; ceci a donc fait remonter le niveau des roches les cours d’eau déjà présent se sont alors enfoncés ; comme la mer est très proche géographiquement et que la vallée du Rhône fait un seuil majeur pour l’Eyrieux on doit passer de 1000 m d’altitude à 100m d’altitude sur quelques dizaines de kilomètres de longueur ce qui entraine une érosion intense et des gorges marquées dessinant des vallées profondément entaillées séparées par des serres élevées ; caractéristique des boutières. Il est à noter que les cours d’eau ont des orientations privilégiées qui correspondent aux vieilles failles varisques qui avaient déjà fragilisées des roches suivant des axes à 90°.

Ces cours d’eau entrainent naturellement vers l’aval les fragments de roches arraché au substratum vers l’aval avec une granulométrie décroissante ; dans le bas Eyrieux la vallée plus large et la pente moins marquée a permis d’importants dépôts de limons sables, graviers et galets formant une plaine alluvionnaire.

Cette collision ayant fragilisée la croûte continentale et ayant aminci localement ladite croûte a favorisé un volcanisme présent de manière encore marquée dans le secteur des sources Mont Gerbier de Jonc Mont Mézenc… Ce volcanisme s’est déroulé en plusieurs phases avec des roches différentes suivant les périodes (basaltes, phonolithes...)en fonction de leur chimisme et de leur facilité à couler (coulées basaltiques) ou difficulté à couler formant alors neck et sucs (phonolitiques sur le haut Bassin de l’Eyrieux) Parfois lorsque le magma proche de la surface rencontrait d’importants volumes d’eau cela a donné des épisodes éruptifs de types phréatomagamtiques le plus extrême étant une explosion gigantesque pulvérisant la roche l’eau et la magma qui laisse une dépression circulaire fruit de l’explosion qui ultérieurement peut–être comblé par d’autres coulées ou par de l’eau ; de tels édifices sont des maars.

Ces roches volcaniques aux caractéristiques structurales et physico-chimiques (très différentes du socle cristallin) dont l’altération génère des sols basiques (pH supérieur à 7) permettant ainsi le développement d’une flore différente et spécifique localisée à un ou des massifs isolés. Par ailleurs la présence de cette flore spécifique entraine aussi la présence d’une faune spécifique.

Les formations les plus récentes correspondent aux dépôts fluviatiles déposés par les cours d’eau lors des crues ; ce sont les dépôts de sables et graviers des plaines alluviales principalement dans la basse vallée de l’Eyrieux.

 

 

 

Le Tissage
07360 les Ollières sur Eyrieux
beed07.free.fr
Copyright©BEED 2013